Cette fiche a pour but de présenter l'utilisation des auxiliaires modaux. Vous pourrez aussi revoir les fiches sur le modal should Le cours est destiné à des personnes de niveau indépendant (B2). Pour consolider les bases, il est possible de faire des "stage anglais" par visioconférence grâce à Educastream.

Cette fiche a pour but de présenter l'utilisation des auxiliaires modaux. Vous pourrez aussi revoir les fiches sur le modal should Le cours est destiné à des personnes de niveau indépendant (B2). Pour consolider les bases, il est possible de faire des "stage anglais" par visioconférence grâce à Educastream.

Substituts des modaux 2

 
Sommaire Conseiller
La grammaire anglaise niveau B2 (indépendant)
Should niveau B2 (indépendant)
Might&could niveau B2 (indépendant)






"SUBSTITUTS" DES MODAUX
   
   
Revoyez la fiche B1 et la récapitulation de ces formes.

   
Les modaux n'existent que sous deux formes verbales: le présent et le passé.
Aux autres temps grammaticaux (present perfect, pluperfect, …) les notions qu'ils véhiculent sont donc exprimées par des périphrases qu'on appelle traditionnellement "équivalents" mais que nous préférons appeler "substituts"
car au présent et au passé ces périphrases entrent en concurrence avec les modaux et le choix entre un modal et son substitut devient alors chargé de sens. Nous allons étudier chaque cas en détail.
   


I. MUST ET HAVE TO (HAVE GOT TO) ET IS TO
   
Have to
n’est pas un modal, ni un « équivalent » du modal must. Il se substitue à must aux autres temps que le présent.

La seule présence de do/did dans les énoncés non affirmatifs suffit à faire comprendre cela :


•   
Thank you very much, but really, you didn’t have to go to so much trouble for me. (= Merci beaucoup, mais franchement vous n’aviez pas besoin de faire tout ça pour moi.)
•    Do I have to be there so early? (= Faut-il vraiment que je sois là si tôt ?).
Le fait que have to n’est pas un modal est également illustré dans l’exemple suivant car deux modaux ne peuvent pas se suivre :
•    You might also have to accept this new job in Brazil. (= Il se pourrait aussi que tu sois obligé d’accepter ce nouveau poste au Brésil.)

Au présent, il entre en concurrence avec
must et la nuance est d’importance pour le sens du message.
Au passé, must n’ayant pas de forme passée, il est normal que la notion d’obligation soit exprimée par un autre outil que must. Il en va de même au present perfect et au pluperfect. Nous allons expliquer pourquoi  plus bas.

Cependant,
must reste présent dans les contextes passés au discours indirect :

•   
The doctor said I must take a week’s rest. (= Le médecin a dit que je devais prendre une semaine de repos.)
Ceci est dû à la force illocutoire de must, c’est à dire à l’impact que ce modal a sur le sujet qui subit l’obligation imposée par l’énonciateur. Dans l’exemple précédent les paroles passées du médecin sont encore ressenties vivement au moment de parole.

Rappelons que les emplois de
must et de have to que nous étudions ici concernent les situations dans lesquelles l’énonciateur essaie d’agir sur le sujet de l’énoncé, et non l’expression de son degré de certitude. Voir fiches B1 et B2 sur must.

Emploi de la notion d’obligation/ nécessité aux autres temps que le présent :

Au prétérit :

•    I realised I had to be there before the game started. (= Je compris qu’il fallait que je sois là avant le début du match.)

Au present perfect :

•    Have you had to pay duties on those imported goods? The price seems a bit steep. (= As-tu été obligé de payer des droits de douanes sur ces marchandises importées. Leur prix me paraît un peu élevé.)

Au pluperfect :

•    Never had I had to go through so much fuss to enter a foreign country. (= Je n’avais jamais eu à me soumettre à tant de tracas pour entrer dans un pays étranger.)

Dans les contextes renvoyant à l’avenir :

•    You will have to pay extra to travel first class. (= Vous devrez payer un supplément pour voyager en première classe.)

Dans le cas d’une action soumise à une condition :

•    If you decided to travel first class you would have to pay extra. (= Si vous décidiez de voyager en première classe, il vous faudrait payer un supplément.)

Obligation vs nécessité :


Au présent, on distingue donc entre l’obligation imposée par l’énonciateur et la nécessité dans laquelle se trouve le sujet. On retrouve là la distinction dont on a déjà parlé entre les énoncés dans lesquels l’énonciateur intervient personnellement et ceux où les contraintes viennent de l’extérieur, de la situation dans laquelle le sujet se trouve ou qui sont dues à son état. Comparez :

•    You must absolutely stay in bed till the fever goes down. (= Vous devez rester absolument garder le lit jusqu’à ce que la fièvre tombe.)
•    I’m sorry I can’t come tonight. I have to stay in bed till my fever goes down. (= Je suis désolé mais je ne peux pas venir ce soir. Il faut que je reste allongé tant que la fièvre ne tombe pas.)
Dans le premier cas, il est clair que l’énoncé est celui du médecin qui oblige le patient à suivre les consignes qu’il lui donne.
A partir de cet instant, il est nécessaire que le patient garde le lit. Son état nécessite le repos.
Have to n’est donc pas un simple synonyme de must avec lequel il serait interchangeable sans dommage pour le sens du message.

NB. Il arrive, assez rarement, que have to exprime la certitude de l’énonciateur :

•    I feel so good in his company. He has to be the right man for me. (= Je me sens si bien avec lui qu’il doit bien être l’homme qu’il me faut.)


II. Have got to

Cette expression couramment utilisée est la plupart du temps synonyme de have to.

Elle peut néanmoins, suivant les contextes ou le ton sur lequel elle est délivrée, se rapprocher du sens de must :


•   
I don’t want to stay in bed, Mary.  I have all this backlog of work to do. (= Je ne veux pas rester au lit, Marie. J’ai tout ce travail en retard à finir.)
•    But dear, you’ve got to. The doctor said so, remember? (= Mais il le faut ! C’est ce que le médecin a dit. Tu te souviens ?)


III. Is to / was to

Cette expression se distingue de have to en ceci qu’elle n’a pas de forme infinitive. On ne la rencontre donc qu’au présent et au prétérit.
Au niveau du sens, elle s’intercale entre must et have to, mais est nettement plus proche du premier. Elle sert à l’énonciateur  pour imposer des contraintes, donner des ordres, de façon un peu moins brutale qu’avec must.
•    You’re not to smoke in the toilet. (= Vous n’êtes pas censé(e) fumer dans les toilettes.)
•    You are to leave now and take everything with you. Nothing must stay behind. (= Vous devez partir sur le champ et tout emporter. Tout doit avoir disparu après votre départ.)
Is to met donc le sujet dans une situation à laquelle il ne peut échapper, d’où les emplois dans lesquels on fait référence aux décisions du destin :
•    King George VI was to die in 1936. (= Le roi Georges VI devait mourir en 1936.)

   

IV. SHOULD ET OUGHT TO

   
    Les emplois de ces deux modaux ne concernent que les situations dans lesquelles l’énonciateur essaie d’agir
 sur le sujet. Et non lorsque celui-ci exprime son degré de certitude.
Ceci dit, ought to n’est pas un modal au sens strict puisqu’il est suivi de to.
Le fait que nous classions ought to dans ce chapitre est dû à la présence de l’opérateur to qui l’accompagne. Mais cependant comme tous les modaux il se conjugue sans do :
•    You oughtn’t to have said that. This is not done. (= Tu n’aurais pas dû dire cela. Ça ne se fait pas).
•    Oughtn’t we to contribute a little to his campaign? (= Est-ce qu’il ne conviendrait pas que nous contribuions un peu à sa campagne ?)
•    You ought to have given the poor woman another chance. She has four mouths to feed. (= Tu aurais dû donner une autre chance à cette pauvre femme. Elle a quatre bouches à nourrir).

Différence de sens entre should et ought to.


Elle est la même que pour la plupart des « couples » modal/substitut + to.
L’énonciateur qui emploie should donne un conseil (ou émet un reproche) personnel.
Lorsqu’il emploie ought to, il passe du registre subjectif au registre objectif :
•    You should have given that beggar a little money. (= Tu aurais dû donner à ce pauvre mendiant un peu d’argent.)
•    You’re right. One ought to be generous to the poor. (= Tu as raison, on devrait être généreux avec les pauvres.)
Dans le premier cas, l’énonciateur exprime son avis.
Dans le second, le co-énonciateur donne également le sien mais se base sur des valeurs universelles, plus objectives donc et que peu de gens contesteraient … ou oseraient contester.
Ceci entraîne un effet de sens que certains analysent comme une obligation plus contraignante. En fait, c’est le fait que tout le monde est d’accord sur le principe énoncé qui crée cet effet de sens.



Exercices : les auxiliaires modaux, substituts des modaux2