L'Union

Visioconférences Educastream en direct d’Oxford "C’est un plus indéniable pour les écoliers..."

Bye bye le tableau noir bonjour la visioconférence

L’école Camile-Margaine est l’un des trois établissements pilotes choisis en Champagne -Ardenne,pour désormais des cours d’anglais en visioconférence.Efficace

Il est décidement loin, très loin, le temps où les enseignants portaient la blouse et pointaient avec leurs grande règle les phrases inscrites à la craie sur le tableau noir, pour les faire répéter aux élèves.

Ainsi, depuis peu, les élèves de l’école Camille-Margaine s’essaient à la visioconférence.Des cours d’un genre nouveau pour les écoliers.La chose se présente ainsi : une table ronde , une trentaine de jeunes de CM2 autour , un écran géant à l’autre bout.Grâce à un système de webcam, les élèves voient dans un coin de l’écran leur interlocutrice munie d’un casque et micro.Il s’agit d’une véritable britannique:Lorna, une habitante d’oxford.Elle s’adresse aux chères têtes blondes uniquement dans la langue de shakespeare.A eux de répondre aux quetions posées en prennant chacun leur tour le micro que l’on fait circuler autour de la table. La majeure partie de l’écran est destinée à l’affichage de photos illustrant les propos de l’interlocutrice anglaise.

Bilan déja positif

Cette dernière parle de sa "bathroom" et voilà qu’apparaît un cliché de salle de bain.C’est dynamique et interactif .Forcément, les enfants adhèrent .Mais empressons-nous de lever toute ambiquité : installer des écoliers devant un écran ne peut suffire pour animer un cours.Le rôle de l’enseignante en chair et en os reste primordial.Karen Igier canalise les interventions des jeunes, relance les questions posées par Lorna , les explicite au besoin.

Quel qu’il en soit , ce Lundi après-midi Karen Iglier sort de ce cours un peu particulier , non sans enthousiasme."C’était aujourd’hui la troisième séance de ce type.Je dois dire que je sens déja chez les élèves des progrès notoires.Ils font à présent des phrases, ce n’était pas forcément le cas au début.Là,ils se sentent plus à l’aise, ils osent..."Un plus indéniable pour les écoliers , donc.Et les institutions dans tout ça ? Karen Iglier assure :"Même pour nous enseignants , c’est assez enrichissant.D’abord au niveau de l’interactivité.Mais également pour ce qui est de la prononciation.Nous faisons de notre mieux.Pour autant, cela ne peut être comparé à la prononciation d’un véritable Anglais ...Et les élèves sont obligés d’être très attentifs tout au long du cours ".

 M.Poittevin précise :"l’Education Nationale prend en charge les côuts liés à cette expérimentation.Soit environ 1500 euros en juin pour notre établissement.A noter que cette opération fait l’objet d’une évaluation par les services de l’Inspection académique.Une Inspection académique qui rappelle l’esprit de cette initiative.A savoir que "le plan 1000 visioconférences, initié par le ministère de l’Education Nationale vise à doter un millier d’écoles à travers l’Hexagone d’un équipement de visioconférence...Ce projet se déroule en deux phases.La première, permettant d’évaluer un éventail de pratiques et de matériels différents , est actuellement en cours dans 40 écoles de France.Trois écoles de notre académie ont été retenues pour cette première expérimentation (école La Fayette à Chaumont en Haute-Marne, et école Camille-Margaine, et l’école Croix-Jean-Robert à Chalôns-en -champagne).La deuxième phase verra le passage de 40 à 1000 écoles ayant des projets avec des interlocuteurs anglophones, germanophones ou italophones.

 Jerôme Gorgeot

  • Une offre 100% satisfait

    Vous résiliez quand vous voulez et sans pénalités jusqu'au 4ème cours inclus

  • Une solution économique

    Pas de frais de dossier, pas de surtaxe géographique

  • Accès gratuit et illimité à la banque pédagogique en ligne

  • Webcam et casque offerts