Le Parisien - 13 février 2008

Démonstration d’Educastream lors de la visite officielle de Xavier Darcos à Nogent/Marne

L’APPRENTISSAGE des langues étrangères est devenu une priorité nationale. En inaugurant hier l’école européenne Léonard-de-Vinci à Nogent, le ministre de l’Education nationale, Xavier Darcos, a mis les pieds dans un établissement qui pourrait préfigurer l’école de demain. Guidé par les deux directrices, sections maternelle et élémentaire, le ministre a découvert les locaux ouverts depuis le 7 janvier.

La visite éclair en présence du maire sortant, Jacques J.P. Martin (UMP), et de tous les parlementaires locaux - y compris Marie-Anne Montchamp, rivale de M. Martin aux municipales - a été l’occasion d’une démonstration étonnante : une visioconférence avec un enseignant d’Oxford.

Le professeur d’outre-Manche interrogeait les élèves français, qui lui répondaient en anglais. Ces rendez-vous se reproduiront deux fois par semaine pour faciliter l’apprentissage de la langue.

« La modernité n’oublie ni les arts, ni l’histoire, ni les fondamentaux »

La particularité de l’école Léonard-de-Vinci est en effet de développer cette discipline. L’inspection académique et le rectorat se sont impliqués dans le projet et les cours commenceront véritablement à la rentrée pour les enfants de la grande section de maternelle jusqu’au CM 2. L’établissement dispose d’une salle informatique de quinze postes et toutes les classes sont équipées pour accueillir les nouvelles technologies. L’anglais sera la première langue enseignée, suivie par l’allemand. « Nous avons voulu reconstruire l’école mais une école du XXI e siècle », a insisté le maire de Nogent, Jacques J.P. Martin. Des liens ont été tissés avec une ville de la banlieue de Londres pour établir des échanges linguistiques via Internet.

« C’est une école exemplaire », a insisté Xavier Darcos, rappelant la nécessité de « replacer les enseignants au coeur de la nation ». Dans le livre d’or, le ministre a ajouté : « La modernité n’oublie ni les arts, ni l’histoire, ni les fondamentaux. » Dans le hall de l’école maternelle, il a admiré le cheval multicolore réalisé par les enfants.

Xavier Darcos s’est d’ailleurs beaucoup intéressé aux travaux d’arts plastiques exposés en divers points de l’établissement, qui comporte vingt classes. Hélène Bréault Le Parisien , mercredi 13 février 2008

  • Une offre 100% satisfait

    Vous résiliez quand vous voulez et sans pénalités jusqu'au 4ème cours inclus

  • Une solution économique

    Pas de frais de dossier, pas de surtaxe géographique

  • Accès gratuit et illimité à la banque pédagogique en ligne

  • Webcam et casque offerts