Témoignages

  • Il y a cinq ans, quand je suis arrivée à Notre-Dame-Saint-Roch, je suis allée voir une école primaire publique en ZEP qui utilisait la visio. J’en suis revenue emballée. » Pendant un an, elle utilise la plateforme goFLUENT qu’elle abandonne en découvrant Educastream, une société française spécialisée dans ce domaine et partenaire de l’Education nationale, après avoir été retenue dans le cadre du plan « 1 000 visioconférences ».
    L’abonnement par classe et par année à Educastream est de 600 euros, auxquels s’ajoutent 20 euros par visioconférence, soit environ 1000 euros par classe et par an pour une séance par semaine. Un coût bien inférieur à celui d’un intervenant extérieur, note Brigitte Guilhen.

    (Témoignage extrait de l’article « Cours d’anglais d’Outre Manche » paru dans le magazine « Enseignement Catholique Actualités » de Mai 2014 – voir l’intégralité de l’article )

    quotes

  • Martine Hazak, 65 ans, enseigne elle aussi à Notre-Dame-Saint-Roch. En charge d’une classe de CM2, elle programme également deux séances hebdomadaires de « visio ». « Je me considère incapable d’enseigner l’anglais toute seule, reconnaît-elle. J’ai étudié cette langue jusqu’en terminale mais à mon époque, on ne poursuivait pas cet apprentissage à l’Ecole normale. » L’anglais étant devenu obligatoire dans le primaire, celle-ci a reçu une formation… de cinq jours ! « Avec la visio, j’ai progressé. Je comprends tout mais je m’exprime peu car je suis consciente d’avoir un très mauvais accent », explique-t-elle. Ce qui ne l’empêche pas de faire des points de grammaire, des feuilles de synthèse et d’évaluer ses élèves. Aux enseignants qui craindraient que ces cours dématérialisés ne représentent une menace, elle répond : « Les professeurs des écoles ont un rôle à jouer eux aussi. On ne peut pas se contenter de la visio ! ». Celle-ci se félicite par ailleurs du bon niveau de ses écoliers, pointés par les collèges parisiens qui les accueillent en 6ème : « Les parents nous rapportent que nos élèves font partie de la tête de classe en anglais ».

    (Témoignage extrait de l’article « Cours d’anglais d’Outre Manche » paru dans le magazine « Enseignement Catholique Actualités » de Mai 2014 – voir l’intégralité de l’article)

    quotes

  • Claire-Marine Chossat, 24 ans, plébiscite sans réserve ce cours hors norme. Nommée à Notre-Dame-Saint-Roch dès l’obtention de son concours, la jeune femme n’a eu aucun mal à « intégrer » Ryan dans sa classe !
    Cette année, Claire-Marine est passée d’une à deux séances hebdomadaires de visioconférence par semaine et elle note « des progrès impressionnants » chez ses élèves.

    (Témoignage extrait de l’article « Cours d’anglais d’Outre Manche » paru dans le magazine « Enseignement Catholique Actualités » de Mai 2014 – voir l’intégralité de l’article)

    quotes

  • L’intérêt de la visioconférence selon moi est que les élèves baignent vraiment dans l’anglais pendant 30 minutes. Ils sont face à un intervenant anglais, parlent en anglais et n’échangent plus du tout en français, même entre eux, ce qui est plutôt difficile à obtenir habituellement ! 

    (Voir le témoignage vidéo en intégralité)

    quotes

  • Je viens de commencer les cours par visioconférence. Je dois dire que je trouve les cours très bien conçus avec des séances claires et structurées . Les possibilités de parler anglais sont suffisamment fréquentes pour les élèves qui sont sollicités soit pour répéter, soit pour répondre à des questions induites par le thème de la séance. L'intervenante est très agréable et positive. Elle ne manque jamais une occasion de complimenter les enfants. Les possibilités de personnaliser les séances sont intéressantes et le fait de retrouver tout au long de l'année permet de tisser un petit lien ! 
    Par ailleurs, je dois ajouter que j'avais quelques appréhensions sur le plan technique. La formation à l'usage du matériel est limpide et l'assistance en cas d'erreur ou de problème technique est rapide, efficace et ponctuelle !!!

    quotes

  • D'un point de vue pédagogique, c'est très bien et globalement le concept est très satisfaisant. Sur le plan pratique, cela semble compliqué au premier abord, mais au bout de trois ou quatre séances, ça va beaucoup mieux et on est familiarisé avec les différents outils.

    quotes